Ramadan aux Comores : le mois du sport

La bonne nouvelle du mois de ramadan c’était le sport ! Pendant le reste de l’année les équipes s’entrainent l’après-midi (ici les gens terminent le boulot entre 14 et 15h). Comme je travaille jusqu’à 18h, c’est compliqué de rejoindre une équipe. Mais en période de ramadan, tout est inversé ! Les gens sont crevés dans la journée, donc ils font du sport le soir, quand ils sont autorisés à boire. En plus la société d’électricité réduit les délestages pendant le ramadan, donc les terrains sont éclairés.

J’ai pris l’habitude de passer au gymnase presque tous les soirs. Il y avait toujours des matchs de foot en salle : traditionnellement à Mutsamudu, c’est pendant le ramadan qu’a lieu le tournoi des vétérans (plus de 35 ans). Il y a aussi des tournois de quartier : les matchs se déroulent en extérieur, sur terrain réduit, de 17h à 18h. Les joueurs sont crevés et ne peuvent pas boire, c’est assez marrant de les regarder.

sport1

De mon côté, j’ai d’abord profité de ces nouveaux horaires pour rejoindre une équipe de basket de garçons. Un jour j’ai aperçu des filles qui s’entrainaient, donc j’ai rejoint leur groupe d’entrainement, je me sentais plus à l’aise. Une amie m’a proposé de rejoindre son club de handball donc j’ai commencé les entrainements de hand aussi. Et un jour, alors que je terminais mon entrainement de hand, j’ai trouvé une équipe de foot féminin ! J’ai discuté avec le coach et j’ai rejoint l’équipe. J’ai fait un entrainement et demi et puis on m’a dit de participer à un match le week-end suivant : le match de lever de rideau de la finale du tournoi du ramadan de futsal. Je ne connaissais pas vraiment mes coéquipières et je ne comprenais pas les directives du coach (qui parle en shinzwani), donc je me suis dit que ça allait être drôle. Le jour du match, j’ai un peu flippé en voyant entrer nos adversaires, deux fois plus nombreuses que nous (ça aide quand les changements sont illimités) et bien plus disciplinées que nous à l’échauffement. Il y avait du monde dans les tribunes et même un speaker qui commentait le match en live dans son micro (il parait que c’était retransmis à la radio en même temps). Le coach m’a titularisée au poste d’arrière gauche. J’essayais de me concentrer sur le match mais parfois j’entendais mon nom dans le flot des commentaires, ça fait bizarre. Finalement ns adversaires disciplinées ont eu raison de nous : on a perdu 3-0.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s