Nouvelle maison, épisode 4

J’ai des mois de retard pour annoncer des nouvelles sur ce blog… mais j’ai déménagé depuis début septembre dans un 4e logement ! Cette fois c’est le bon. Un petit appart simple, mais super bien placé, sur une falaise. Avec une terrasse et une vue de ouf qui surplombe toute la baie de Mutsamudu! C’est magique!

Vue générale de la maison, du quartier et de la Citadelle de Mutsamudu juste à côté. (la photo est prise de la mer)

Vue générale de la maison, du quartier et de la Citadelle de Mutsamudu juste à côté. (la photo est prise de la mer)

Et voici la terrasse de la maison! elle est pas belle ma vue?

Et voici la terrasse de la maison! elle est pas belle ma vue?

Nouvelle maison, épisode 3

Au mois de juillet j’habitais avec mes collègues Marie-Pierre et Sandrine dans la maison de notre directeur qui était en mission en Angleterre. A son retour fin juillet, il fallait qu’on trouve une nouvelle maison. Marie-Pierre avait fini sa mission donc Sandrine et moi avons cherché une colocation pour nous 2. On a trouvé une grande maison dans le quartier près de la plage. Elle était très belle, avec un grand salon, une énorme terrasse et un grand toit plat auquel on peut accéder par un escalier.

maison-chit2

Points positifs de la maison : Sa grande taille, sa terrasse, son petit jardin & la plage à proximité

Points négatifs : la température est trop élevée, les coupures de courant sont très fréquentes, et surtout on doit héberger les 2 fils de la propriétaire dans les chambres du fond, donc il y a du monde et du bruit.

maison-chit1

Ramadan aux Comores : le mois du sport

La bonne nouvelle du mois de ramadan c’était le sport ! Pendant le reste de l’année les équipes s’entrainent l’après-midi (ici les gens terminent le boulot entre 14 et 15h). Comme je travaille jusqu’à 18h, c’est compliqué de rejoindre une équipe. Mais en période de ramadan, tout est inversé ! Les gens sont crevés dans la journée, donc ils font du sport le soir, quand ils sont autorisés à boire. En plus la société d’électricité réduit les délestages pendant le ramadan, donc les terrains sont éclairés.

J’ai pris l’habitude de passer au gymnase presque tous les soirs. Il y avait toujours des matchs de foot en salle : traditionnellement à Mutsamudu, c’est pendant le ramadan qu’a lieu le tournoi des vétérans (plus de 35 ans). Il y a aussi des tournois de quartier : les matchs se déroulent en extérieur, sur terrain réduit, de 17h à 18h. Les joueurs sont crevés et ne peuvent pas boire, c’est assez marrant de les regarder.

sport1

De mon côté, j’ai d’abord profité de ces nouveaux horaires pour rejoindre une équipe de basket de garçons. Un jour j’ai aperçu des filles qui s’entrainaient, donc j’ai rejoint leur groupe d’entrainement, je me sentais plus à l’aise. Une amie m’a proposé de rejoindre son club de handball donc j’ai commencé les entrainements de hand aussi. Et un jour, alors que je terminais mon entrainement de hand, j’ai trouvé une équipe de foot féminin ! J’ai discuté avec le coach et j’ai rejoint l’équipe. J’ai fait un entrainement et demi et puis on m’a dit de participer à un match le week-end suivant : le match de lever de rideau de la finale du tournoi du ramadan de futsal. Je ne connaissais pas vraiment mes coéquipières et je ne comprenais pas les directives du coach (qui parle en shinzwani), donc je me suis dit que ça allait être drôle. Le jour du match, j’ai un peu flippé en voyant entrer nos adversaires, deux fois plus nombreuses que nous (ça aide quand les changements sont illimités) et bien plus disciplinées que nous à l’échauffement. Il y avait du monde dans les tribunes et même un speaker qui commentait le match en live dans son micro (il parait que c’était retransmis à la radio en même temps). Le coach m’a titularisée au poste d’arrière gauche. J’essayais de me concentrer sur le match mais parfois j’entendais mon nom dans le flot des commentaires, ça fait bizarre. Finalement ns adversaires disciplinées ont eu raison de nous : on a perdu 3-0.

Ramadan aux Comores

Le ramadan a commencé le dimanche 29 juin. Depuis cette date toute l’île a changé de rythme de vie.  Ici 99% des gens sont musulmans, donc le ramadan est pratiqué partout.

Les comoriens nous encouragent à faire comme eux, donc j’ai voulu tenter l’expérience du jeûne pendant 30 jours. Ici c’est plus facile qu’en France, le soleil se couche à 18h. Le premier jour j’ai voulu me réveiller à 4 heures avant la prière de l’aube pour bien remplir mon ventre. Et évidemment, j’ai pas entendu mon réveil ! J’ai ouvert les yeux à 5 heures et j’entendais le muezzin qui appelle à la prière : trop tard pour manger ! Donc j’ai passé la journée du dimanche affamée et assoiffée.  A 18 heures j’étais invitée à manger dans la famille d’un ami pour la rupture du jeûne. Au moment où on m’a apporté un verre d’eau j’étais tellement heureuse ! Ensuite on s’est mis à table et les plats sont apparus les uns après les autres : manioc, bananes, taro, fruit à pain, patates douces, salade, galettes au coco, bouillie de riz, poulets grillés, omelette… C’est tellement bon qu’on veut tout goûter. Après le repas j’avais tellement mangé que j’ai senti une vague de fatigue m’envahir. Finalement les soirs où je mange beaucoup j’ai pris l’habitude de faire une sieste jusqu’à 21h.

ramadan3

Je me suis bien habituée à mon rythme de ramadan. Nos horaires de travail ont changé : on fait une journée sans pause, de 8h30 à 15h30. Ensuite on a le temps de se reposer un peu et de préparer à manger. A 18h, c’est le foutari (repas de rupture de jeûne). Ensuite j’ai pris l’habitude de faire du sport. Et avant de dormir on remange un peu pour le tsahou (repas de la nuit).

ramadan1

Bilan du mois : j’ai pas du tout tenu le jeûne ! J’ai chopé de la fièvre le 6e jour de ramadan donc le docteur m’a donné des médicaments et m’a dit d’arrêter le jeûne une semaine. Après la pause médicaments j’ai repris le jeûne, mais j’ai tenu à peine 4 jours et je suis re-tombée malade. Cette fois j’ai décidé d’arrêter complètement de jeûner. Si j’étais musulmane j’aurais dû rattraper mes jours après la fin du ramadan pour arriver à 30 jours de jeûne. Bien évidemment, je n’ai pas rattrapé mes jours !

 

La plage du dimanche

Le week-end, la plupart du temps, c’est l’occasion d’aller à la plage. A Mutsamudu le bord de mer est jonché de déchets… Forcément, c’est plus sympa d’aller un peu à l’extérieur de la ville.

Notre plage préférée c’est Sambé, située à environ 30-45 minutes de Mutsamudu en direction de l’Ouest. En général on part avec le pick-up de l’ONG, donc on a une douzaine de places. On part le dimanche vers midi pour arriver là-bas à l’heure du casse-croute.

L’accès à la plage est un peu périlleux : on doit prendre un petit chemin de terre super pentu et éviter de se casser la figure. Mais ça vaut le coup, parce qu’on arrive sur une plage de sable blanc avec une eau transparente, des cocotiers et des rochers noirs (basalte ?).

Ensuite c’est baignade, kayak de mer (merci les collegues expatriés), stand-up paddle avec la pagaie du kayak et la vieille planche de windsurf qui traine sur la plage, plongée masque-tuba, foot, et biche-volley jusqu’au coucher du soleil. En plus de ça, on a des amis musiciens, donc en général y’en a toujours un pour nous jouer de la guitare.

Vraiment top !sambe

Ma maison

Depuis mon arrivée j’habite (temporairement) dans la maison de Marie-Pierre et Sandrine. Ce sont 2 volontaires réunionnaises qui travaillent à l’ONG Dahari (comme moi).
Sandrine est en vacances pour un mois, donc je prends sa chambre pendant ce temps.
maison-MP
La maison est très grande : 160 m2!! il y a un immense salon-salle a manger, une grande cuisine, 2 salles de bains, 2 pièces de débarras, et 3 chambres ! il y a aussi une terrasse super chouette et un jardin avec plein d’arbres fruitiers.

Niveau localisation, la maison est juste à côté de l’ONG (2 minutes à pieds!) donc c’est très pratique.

Pour l’instant c’est parfait, et j’ai encore un mois pour trouver un appart pour la suite!